Mardi, 24 Mai 2011 14:18

argaiv1899

Jardin d'éveil, réponse

Monsieur Francis Provost m'avait adressé une lettre ouverte le 12 mai sur ma proposition de jardin d'éveil, voici ci-dessous ma réponse.

 

« Quand on dit 2 ans et 3 ans, c’est comme si on disait 12 ans et 25 ans. A deux ans, de trois mois en trois mois, les enfants évoluent énormément ; leurs intérêts, leur mode de langage au sens large du terme sont en continuelle mutation. »

Françoise Dolto – La cause des enfants

 

 
Vendredi, 13 Mai 2011 08:15

Pour la mise en place d'un jardin d'éveil

Rapport du Sénat (synthèse) :

Certains de mes propos rapportés dans une édition locale sur la proposition de jardin d'éveil me semblent avoir été victimes d'une incompréhension majeure et donnent une vision caricaturale et erronée. Je comprends que les parents d’élèves, le corps enseignant et l’inspection académique aient été interpellés.

Je considère que la suppression d'une classe dans un établissement relève d'une question sérieuse et importante pour les familles comme pour le bien être des enfants. Considérer cela avec légèreté serait une faute. Je suis moi même père de deux jeunes enfants, je suis donc concerné par le problème des familles.

D'autre part je réaffirme ma confiance à l’équipe enseignante. Leur expérience ainsi que leur formation initiale assurent la mise en place d'un programme pédagogique solide et une prise en charge adaptée des enfants propres âgés de 2-3 ans.

Concernant l'inspectrice académique, elle n'a joué aucun rôle dans la campagne de désinformation que nous dénoncions et nous lui accordons toute notre confiance.

Je réaffirme mon soutien aux parents pour qu'une solution soit trouvée très rapidement. J'espère qu'il sera possible de se rencontrer prochainement dans un climat d'échange et pour le bien de nos enfants.

Concernant le projet en lui-même, j'aimerai revenir sur la question du financement. Il faut préciser qu'une commune ou une entreprise peut, bien entendu, décider de prendre en charge la totalité du coût pour les familles.

J’espère que chacun va garder son sang froid et qu'au delà des critiques et des attaques politiciennes des propositions viables vont maintenant voir le jour.

Certains propos rapportés dans vos colonnes sur la proposition de jardin d'éveil me semble le fruit d'une incompréhension majeure et donne une vision caricaturale et erronée. Je comprends que les parents d’élèves, le corps enseignant et l’inspection académique soient interpellés.

Je n'ai jamais considéré comme simple la suppression d'une classe dans un établissement et considère cette question comme un problème sérieux et important pour les familles qui la subissent. Considérer cela avec légèreté serait une faute. Je suis moi même père de deux jeunes enfants, je suis donc concerné par le probleme des familles.

 

D'autre part je réaffirme ma confiance à l’équipe enseignante. Leur expérience, leur formation initiale assurent la mise en place d'un programme pédagogique et une prise en charge adaptée des enfants propres âgés de 2-3 ans.

 

Je démens le rôle de l'inspectrice académique dans la désinformation que nous dénoncions.

 

Je réaffirme mon soutien aux parents pour qu'une solution soit trouvée le plus rapidement possible. Je réitère ma demande de rencontre avec les parents d’élèves, restée sans réponse.

 

Enfin concenant le projet en lui même j'aimerai revenir sur la question du financement et préciser qu' une commune ou une entreprise peuvent bien entendu convenir de prendre en charge la totalité du coût pour les familles. Je rappelle que celui-ci varie de 0,21€ à 0,89€ de l'heure.

 

J’espère que chacun va garder son sang froid et que des propositions viables vont maintenant voir le jour.

 
Jeudi, 24 Février 2011 12:06

Décrochage scolaire : Internats d'excellence, une solution !

Le décrochage scolaire est un enjeu majeur pour notre canton. Ainsi nous souhaitons qu'une partie des investissements du Conseil Général soit dédié à la construction d'internats d'excellence. Notre département ne compte en effet qu'un seul internat d'excellence à Douai. Ces structures représentent pourtant un atout déterminant pour la réussite scolaire et l'intégration sociale de nombreux adolescents, notamment pour ceux ne bénéficiant pas de conditions favorables à leurs études dans leur environnement familial.


Le département doit faire sien de l'objectif de l'Etat, et offrir une capacité d'accueil en internat plus homogène et de meneilleure qualité sur l'ensemble du territoire.
Ce dispositif est un outil majeur à la prévention des risques de rupture et de décrochage avec le système scolaire.
 
Samedi, 12 Février 2011 16:05

Le RSA a permis à 70 000 foyers de sortir de la pauvreté

Le comité d'évaluation a remis le 7 janvier un rapport intermédiaire sur le Revenu de Solidarité Active (RSA) dont en voici une synthèse qui montre son efficacité.

Le RSA, attribué aux personnes sans revenu d'activité, a pris «sans difficulté» le relais du RMI et de l'allocation pour parent isolé qu'il remplaçait. Plus de 1,15 million de foyers en bénéficient aujourd'hui. Leur nombre a progressé de 6 % depuis juin 2009 «du fait de la crise économique» et leurs caractéristiques,«restent proches de celles des bénéficiaires des deux dispositifs qui l'ont précédé»,  selon le comité d'évaluation présidé par l'économiste François Bourguignon.

 
Lundi, 10 Janvier 2011 13:39

Les voeux du Conseil Général du Nord : Trop cher !

cg

Le Conseil Général du Nord a souhaité ses vœux sous la forme d'une grande messe organisée au Zénith de Lille dont "Le coût avoisine les 250 000€", selon Olivier Treneul, délégué Sud.

 

A cette somme déjà excessive, le syndicat SUD estime à un million le coût global de toutes les cérémonies de vœux organisées dans le Département auquel il faut ajouter "La journée de travail perdue pour les 8 000 agents, une cérémonie pour les assistantes familiales, une autre pour les agents de collège, les vœux à la presse", Les syndicats parlent de gaspillage.

 
Jeudi, 23 Décembre 2010 01:00

Télé-alarmes: la négligence de trop!

 

L’attribution du marché de télé-alarmes devait diminuer les coûts de ce système, par la mise en concurrence de l'unique prestataire du conseil général qui fournissait ce service depuis 20 ans.


Cette démarche qui devait être salutaire pour les personnes âgées par la diminution des coûts liés à cette assistance est devenue finalement un imbroglio suite aux erreurs du conseil général.

 

Cette négligence, sanctionnée par le tribunal administratif, a livré à elles-mêmes 14 500 personnes âgées, prises en otages entre deux sociétés.

 

 

 
Lundi, 04 Octobre 2010 13:40

Pas de transport pour les élèves handicapés

En raison d’un recours effectué devant le tribunal administratif par une entreprise de transport qui a été éliminée d’un marché public, le département n’a pas été en mesure de mettre en place le transport des élèves en situation de handicap, soit 2600 enfants concernés.

Le département n’a prévenu les familles que la veille de la rentrée scolaire, en leur proposant d’avancer les frais de transport, qu’il rembourserait plus tard. Quand on sait que le coût moyen annuel du transport d’un élève handicapé s’élève à 8000 euros, il s’avère qu’une semaine de prise en charge effective coûte 250 euros. Le département ayant annoncé un retard d’au moins deux semaines dans la prise en charge des frais de transport, les familles auront donc à avancer en moyenne 500 euros. En outre, on ne sait pas dans quels délais le département sera en mesure de les rembourser.

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 Suivant > Fin >>

Page 6 sur 6